Étiquette : Drone

Photos de drone à la Réunion Drone

Pilote de drone à la Réunion 974

Cet article vous permettra de découvrir quelques photos de drone mais aussi mon parcours pour arriver à devenir pilote de drone à la Réunion 974.

1. Pourquoi la photo et vidéo aérienne par drone?

Depuis tout petit, j’ai toujours été attiré par tout ce qui vole. En fin 2014, j’ai rencontré un droniste Alexandre ROBERT dirigeant de Drone Models 974 sur le tournage d’un clip musical: Mister Lolo – « Rest La ». Il s’agissait du premier clip avec drone à la Réunion. Les images qu’il a produit m’ont tout de suite plu et m’ont donné envie de m’y lancer. Cependant, avec les règlementations, je savais que ce parcours allait s’avérer un peu plus difficile qu’il n’en avait l’air.

2. Mes premiers vols en drone

Tout d’abord, mi 2015, j’ai commencé avec un drone DJI Phantom 2 et sa nacelle de stabilisation gyroscopique. Ce dernier permettait d’emporter une caméra Go Pro en la stabilisant par rapport au mouvement du drone mais n’offrait pas de retour vidéo. Donc, le gros inconvénient était le fait de ne pas voir ce que l’on filmait et de devoir l’imaginer à peu près.

Comme tout pilote de drone qui se respecte, le fameux premier crash est obligatoire. J’ai l’honneur de vous présenter le mien: un zeste d’inattention, une branche qui dépasse et voilà ce qui se passe:

Pas très joli tout ça, mais le drone est toujours vivant et en bonne santé! C’est du solide! 😅

Entre temps, j’ai complété ce drone par des lunettes FPV (First Person View – Vue à la première personne). Une petite caméra est installée à l’avant du drone et envoie des images directement dans les lunettes. Cela permet de réaliser un vol en immersion totale.

Par la suite, le retour vidéo étant inexistant et très pénalisant car on ne voyait pas ce qu’on filmait, j’ai alors décidé d’investir dans un nouveau drone. A cette époque, j’ai choisi son successeur le DJI Phantom 3 professionnel permettant d’avoir le retour vidéo et de filmer en qualité vidéo 4K. Et surtout, ce drone était homologué pour un vol en France par la DGAC contrairement au Phantom 2 qui ne l’était pas. Pour qu’un drone soit homologué, son constructeur doit constituer un dossier technique et le remettre à la DGAC. Après étude, ces derniers fournissent une « attestation de conception de type » ainsi qu’une « attestation de conformité au type » certifiant que le drone est utilisable en France.

3. Les procédures en France

Les drones étant petits et rapides, cela les rend vite dangereux pour le reste du trafic aérien. D’autant plus qu’ils peuvent rapidement causer des dégâts considérables. Il est donc nécessaire de restreindre leur utilisation dans un cadre règlementé. Par exemple, une des interdictions principales est le vol à une hauteur inférieure à 500 pieds (150 m). Sinon vous pouvez aussi retrouver certaines interdictions comme le vol a proximité des aérodromes ou encore l’interdiction du survol de personnes au sol.

En France, pour être habilité à utiliser un drone, il faut être titulaire d’un brevet théorique aéronautique. N’y connaissant rien à ce domaine, je me suis auto-formé afin de passer le brevet théorique ULM Multiaxe au siège de la DGAC Réunion. J’ai choisi celui-ci car il s’agit du brevet le plus accessible pour un débutant dans le domaine aérien.

Cependant, une fois titulaire de ce brevet, il reste quelques procédures à appliquer. Par exemple, un dossier nommé « Manuel d’activités particulières (MAP) » recense toutes obligations de l’exploitant et des pilotes de drone pour une entreprise. En plus de cela, une déclaration d’activité représentant « l’accord » de la DGAC est à remplir.

Mais ce n’est pas tout…

Certes à cet instant nous sommes habilité à faire voler notre drone en vol à vue. Cependant, il reste des cadres d’utilisation créées par la DGAC à respecter. Ces derniers sont nommés « Scénarios de vol » et sont au nombre de 4:

  • S-1: Opération en vue du télé-pilote se déroulant hors zone peuplée à une distance horizontale maximale de 200 mètres du télé-pilote.
  • S-2: Opération se déroulant hors vue directe, hors zone peuplée, dans un volume de dimension horizontale maximale de rayon d’un kilomètre et de hauteur inférieure à 50 mètres du sol et des obstacles artificiels, sans aucune personne au sol dans cette zone d’évolution.
  • S-3:Opération se déroulant en agglomération ou à proximité de personnes ou d’animaux, en vue directe et à une distance horizontale maximale de 100 mètres du télé-pilote.
  • S-4: Activités particulières (relevés, photographies, observations et surveillances aériennes) hors vue directe, hors zone peuplée et ne répondant pas aux critères du scénario S2. Etant donné qu’il s’agit d’un vol longue distance sans vue du drone, très peu de pilote en France en sont habilité. C’est pour cela que ceux qui le sont doivent justifier de 100 heures en tant que pilote privé d’avion.

Enfin, la règlementation étant en constante évolution, vous pouvez obtenir toutes les informations nécessaires sur le site https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/drones-usages-professionnels.

Et oui! Comme quoi être pilote de drone ne se résume pas qu’au pilotage… mais les images produites en valent la chandelle! D’autant plus, quand la sécurité du trafic aérien est mise en jeu. Passons maintenant aux photos de drone à la Réunion.

4. Quelques photos de drone à la Réunion 974

Après ce bref aperçu de la règlementation sur les drones, nous pouvons découvrir quelques photos de drone prises à la Réunion.

Parmi mes premiers tests du DJI Phantom 3, voici un coucher de soleil que j’ai eu l’occasion de capturer au dessus des cryptomérias aux Avirons:

Photos de drone à la Réunion

Etant photographe de portrait à l’origine, j’ai eu l’occasion d’utiliser un drone pour un de mes shootings photo. Voici le type de rendu que l’on peut obtenir:

Photographie aérienne par drone à la Réunion

Photographie artistique par drone

Pour plus de photos de ce shooting, n’hésitez pas à consulter l’article Un shooting photo à la Réunion avec « Ly Lare ».

Après ce long chapitre sur les drones, si vous avez des questions, lancez-vous et Contactez-moi.

En espérant vous avoir éclairé sur ces petites bêtes volantes.

Photographiquement,

Kévin ARNASSALOM